Anatomy of a Soldier, Harry Parker: writing for re-humanising

[Version française ci-dessous]

Reviewing Anatomy of a Soldier is something I have been postponing for months.  Harry Parker’s first novel is a real little gem that I’m afraid to damage with a clumsy review. Rarely have I read something so delicately balanced between the horror of war and the poetry of its telling. The story is at times appalling, confusing, sickening, upsetting, but the writing will keep you entranced throughout by exalting the reality it depicts.

Let’s try and start with the beginning. Harry Parker is a new name in the literary world and I hope he will gratify us with many books. Before dedicating part of his life to writing, Harry Parker was a soldier in the British army, and this first novel is a fictive autobiography.

The great originality of the novel lies in its focalisation. One could almost say it is a fictive biographysince it is told from the point of view of the objects that surround Tom Barnes, a young British captain who goes on a mission in a hot, remote and unidentified country. As he pointed out at the Assises Internationales du Roman in June, distance proved necessary for the budding writer to process and tell his story, since the first person didn’t feel right when he tried it. Even with this distanciation process, Parker said he was sometimes overcome by the violence and the shock of memories.

Anatomy of a Soldier, Harry Parker, Faber & Faber

For Anatomy of a Soldier tells the story of how Captain Tom Barnes lost his legs, and how he recovered from this loss, refusing to be identified by this tragedy.

This anatomy is fragmented, I’d almost write “dissected”, into forty-five chapters, each giving voice to a different object that either addresses a “you” or describes the activities and surroundings of a “he”. Captain Tom Barnes is thus seen mostly from the outside, sometimes from the inside (sometimes literally inside…), by all the objects that accompany him during his mission, his long hospitalisation, his reeducation and the beginning of his new life. Much like the soldier who relearns to keep his balance and walk, the reader is constantly thrown off balance: s/he has to adapt and observe the tiniest details in order to understand which object is talking, where the scene takes place, and when. However, the use of this technique also results in a feeling of familiarity with the main character whose intimacy, nudity and helplessness are coldly depicted by the neutral and indifferent voices of objects. Paradoxically, this narrative neutrality allows for intense emotions, because the “talking objects” merely state facts in which we, sensitive humans, can imagine and project anxiety, shock, despair, struggle, shame, anger, regrets, fear and so many more…

The crux of the story is the explosion that cost the captain his legs. The reader doesn’t have to wait long for the blast since the first chapter, told by a tourniquet (you understand this when it is put to use), describes those life-changing seconds. Opening with the accident, the story then unfolds, moving both forward and backward. Not only do the objects’ voices keep destabilising us, but the timeline of the novel, broken as it is, also plays a role in this sensation of dizziness. Anatomy of a Soldier doesn’t go from point A to point Z in a straight line, it is told through detours, flashbacks, cracks and ruptures in a metaphor of the hectic journey of the character.

Anatomy of a Soldier, Harry Parker, Faber & Faber

However I have mentioned only one aspect of the novel so far. Anatomy of a Soldier is not solely the story of Captain Barnes; it is also the story of the broken friendship of Faridun and Latif, two young boys who share their bicycle and fly kites until an islamist recruits Latif into his rebel group; it tells the story of the struggle of Kushan Hhan, Faridun’s father, who strives to maintain a school open and is trapped in the crossfire between the foreign army and the rebel group; it is also the story of Latif who doesn’t know where justice is and comes across the wrong mentor.

Of course, this aspect of the novel is entirely fictional but it is not deprived of realism for all that. Invited in the intimacy of Faridun’s home, the reader is made aware of the struggles of a young boy who dreams of having fancy sneakers. We are also driven to understand the processes that lead idle and, for some, uneducated, young men to enroll in rebel forces, blinded by the fantasy that they can bend rules dictated by the foreign army, by the longing to belong and to prove themselves and by the venom of their leaders who just intend to use them as canon fodder.

By slowly paving the way to the catastrophe that also strikes the locals, the novel reminds us (if need be) that in war, there are no winners, but most importantly, no villains; only broken and traumatised humans. The only heroes are those who survive and, like Parker, manage not to nourish hatred in spite of the horrors they have witnessed, committed or endured. Parker explained, during the conference in Lyon, that he needed to write “from the other side”, about “the enemy”, in order to re-humanise those who cost him his legs, so as not to dwell in anger and lose himself in hatred. His experience of the war comes down to the fact that “war is the de-humanising thing. When someone is hurt, you have to make sure there is no vengeance in your heart. When I wrote about invented characters, I used my imagination but I wanted them to be real. Writing was re-humanising.” Through the filters of the objects, the coldness of their voice, the distance of their neutrality, Parker succeeds in re-humanising British soldiers and islamist rebels alike, leaving us grieving deeply for wasted lives and lost opportunities.

Oh, and for the anecdote, in this article Parker says that he wondered whether he could make someone gag. Spoiler alert: he can.
🇫🇷
Ecrire une revue de Anatomie d’un Soldat est quelque chose que je repousse depuis des mois. Ce premier roman de Harry Parker est un vrai petit bijou que j’ai peur d’abîmer avec une revue maladroite. J’ai en effet rarement lu un texte à l’équilibre aussi délicat entre les horreurs de la guerre et la poésie avec laquelle elles sont racontées. L’histoire est tour à tour terrible, déroutante, écœurante, bouleversante mais son écriture vous garde sous son charme tout du long, en sublimant la réalité qu’elle décrit.

Reprenons au début. Harry Parker est un nouveau nom dans le monde littéraire, et j’espère qu’il nous fera l’honneur de publier de nombreux autres livres. Avant de dédier une partie de sa vie à l’écriture, Harry Parker était engagée dans l’armée britannique, et ce roman est une autobiographie fictive.

La grande originalité de ce roman réside dans sa focalisation. On pourrait presque dire qu’il s’agit d’une biographie fictive étant donné qu’elle est racontée du point de vue des objets qui entourent Tom Barnes, un jeune capitaine britannique qui part en mission dans un pays chaud et lointain, qui n’est pas nommé. Comme il l’a remarqué lors des Assises Internationales du Roman en juin 2017, la distance s’est avérée nécessaire pour le jeune écrivain afin d’assimiler et de raconter son histoire; la première personne lui sembla fausse quand il s’y essaya. Même avec ce processus de distanciation, Parker raconte qu’il fut parfois submergé par la violence et le choc des souvenirs.

Car Anatomie d’un soldat raconte comment Harry Parker perdit ses jambes, et comment il se remit de cette perte, refusant qu’on l’identifie à cette tragédie.

Cette anatomie est fragmentée, j’aurais presque envie de dire “disséquée”, en quarante-cinq chapitres, chacun donnant voix à un objet différent qui s’adresse à un “tu”, ou bien décrit les activités et l’environnement d’un “il”. Capitaine Tom Barnes est donc vu la plupart du temps de l’extérieur, parfois de l’intérieur (et parfois, littéralement, de l’intérieur…), par tous les objets qui l’accompagnent durant sa mission, sa longue hospitalisation, sa rééducation et le début de sa nouvelle vie. Tout comme le soldat qui réapprend à garder l’équilibre et à marcher, le lecteur/la lectrice est constamment déstabilisé•e: iel doit s’adapter et observer les plus infimes détails afin de comprendre quel est l’objet qui parle, où se déroule la scène, et quand. Toutefois, cette technique a également pour résultat de créer un sentiment de familiarité avec le personnage principal dont l’intimité, la nudité et la vulnérabilité sont froidement décrites par les voix neutres et indifférentes des objets. Paradoxalement, cette neutralité narrative donne place aux émotions, parce que ces “objets parlants” ne font qu’énoncer des faits dans lesquels nous, humain•e•s sensibles, pouvons imaginer et projeter angoisse, choc, désespoir, combat, honte, colère, regrets, peur et tant d’autres…

Le cœur de l’histoire est l’explosion qui coûte ses jambes aux capitaines. Le lecteur/la lectrice n’a pas à attendre longtemps cette détonation car le premier chapitre, qui est raconté par un garrot (on le comprend lorsqu’il est utilisé), décrit ces quelques secondes bouleversantes. S’ouvrant sur l’accident, l’histoire ensuite se déploie, allant tour à tour en avant et en arrière. Non seulement les voix des objects nous déstabilisent en permanence, mais la chronologie du roman, brisée comme elle est, joue également un rôle dans cette sensation de tournis. Anatomie d’un Soldat ne va pas d’un point A à un point Z en ligne droite, elle est racontée à travers des détours, des flashbacks, des fissures et des ruptures, en une métaphore du parcours bousculé du personnage.

Toutefois, je n’ai jusqu’ici mentionné qu’un seul aspect du roman. Anatomie d’un Soldat ne raconte pas seulement la vie du Capitaine Barnes; c’est aussi l’histoire de l’amitié brisée de Faridun et Latif, deux jeunes garçons qui partagent leur bicyclette et jouent au cerf-volant jusqu’à ce qu’un islamiste recrute Latif dans son groupe rebelle; c’est aussi l’histoire de Kushan Hhan, le père de Faridun, qui se bat pour maintenir une école ouverte, et est pris entre les feux de l’armée étrangère et du groupe rebelle; c’est aussi l’histoire de Latif qui ne sait pas où se trouve la justice et qui rencontre le mauvais guide.

Bien entendu, cet aspect du roman est entièrement fictif, mais il n’est pas privé de réalisme pour autant. Invité dans l’intimité de la maison de Faridun, le lecteur/la lectrice prend conscience des luttes du jeune garçon qui rêve d’avoir des baskets à la mode. On est aussi amené à comprendre le processus qui mène des jeunes oisifs, dont certains manquent d’éducation, à s’engager dans des forces rebelles, aveuglés par l’illusion qu’ils peuvent faire plier des règles dictées par l’armée étrangère, par le désir brûlant de se sentir appartenir à un groupe, et de prouver leur valeur, ainsi que par le venin de leurs chefs qui ont la seule intention de les utiliser comme chair à canon.

En ouvrant doucement la voie à la catastrophe qui frappe également les habitants, le roman nous rappelle, si besoin était, qu’avec la guerre, il n’y a pas de vainqueur, et surtout, pas de “méchants”; seulement des humains brisés et traumatisés. Les seuls héros sont ceux qui survivent à la guerre et comme Parker, réussissent à ne pas nourrir de haine malgré les horreurs dont ils ont été témoin, qu’ils ont commises, ou subies. Parker a expliqué, pendant la conférence à Lyon, qu’il avait ressenti le besoin d’écrire “depuis l’autre côté”, c’est-à-dire à propos de “l’ennemi”, afin de ré-humaniser ceux qui lui ont coûté ses jambes, et ce afin de ne pas ressasser la colère et se perdre dans la haine. Son expérience se résume au fait que “la guerre est ce qui déshumanise. Quand quelqu’un est blessé, vous devez vous assurer que vous n’avez pas de vengeance dans le cœur. Quand j’écrivais à propos de ces personnages inventés, j’utilisais mon imagination mais je voulais qu’ils soient réels. Ecrire, c’était ré-humaniser.” A travers les filtres des objects, la froideur de leur voix, la distance de leur neutralité, Parker réussit à ré-humaniser soldats britanniques comme rebelles islamistes, et nous laisse pleurer ces vies gâchées et ces opportunités perdues.

Oh, et pour l’anecdote, dans cet article, Parker dit qu’il s’est demandé s’il réussirait à donner la nausée à ses lecteurs/lectrices. Spoiler alert: il y arrive.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.